Aller au contenu principal

SMART ALTITUDE : la candidature des Orres retenue

-A +A

Smart Altitude, un projet réunissant 11 partenaires de cinq pays alpins (France, Italie, Suisse, Autriche, Slovénie), a été retenu par l'Union Européenne dans le cadre des programmes INTERREG Espace Alpin pour une mise en œuvre sur la période 2018-2021.

Accélérer la mise en œuvre des politiques bas carbone des territoires de montagne

Le projet Smart altitude a pour objectif d'accélérer les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l'industrie touristique des territoires de montagne et plus particulièrement dans les stations de sports d'hiver. S’il est démontré que des solutions technologiques offrent un potentiel de 40% de réduction des consommations, atteindre de tels objectifs requiert toutefois, de la part des décideurs et des parties prenantes du développement territorial, un fort engagement dans des approches innovantes pour lever les obstacles stratégiques, économiques et organisationnels.

Le projet Smart Altitude vise à faire la démonstration effective de la capacité de répondre à ces enjeux. Celle-ci reposera sur la mise en place d’outils d’aide à la décision comprenant la mesure de l’efficacité énergétique, le recensement du potentiel de production d’énergies renouvelables, la gestion de la demande énergétique, et le déploiement des systèmes intelligents de suivi et gestion de l’énergie dans les territoires partenaires, représentatifs de l’espace alpin. Grâce à la sélection de ce programme par l'Union Européenne, le projet sera subventionné à hauteur de 80%.

Les Orres, chef de file de la candidature et leader du programme de déploiement pilote dans trois stations en Europe

Les Orres est pionnier dans la transition énergétique des stations de montagne avec le déploiement, depuis 2012, d’un système de management de l'énergie dans le cadre du programme européen ALPSTAR. Cet outil opérationnel de maitrise énergétique du domaine skiable (bâtiments, remontés mécaniques, production de neige de culture, damage) a permis une réduction des consommations de 20%, soit 100t d'équivalent CO2. La démarche se poursuit par l’implication active des Orres dans les programmes nationaux FLEXGRID (à l'échelle de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur) et TEPCV (à l'échelle du Pays S.U.D). La station est également en voie de certification ISO 50001 (Energie).

Forte de ces résultats et cette expérience, Les Orres a été choisie pour être chef de file du projet et leader de son déploiement pilote sur les trois territoires. Pour Les Orres, il s’agira de poursuivre la démarche ALPSTAR en étendant le système de management d’énergie à de nouveaux secteurs, en particulier l’hébergement touristique et autres infrastructures de loisirs.  En parallèle, la commune des Orres poursuivra le développement de son modèle énergétique, le premier SmartGrid de station de montagne, avec l’intégration au système de projets de production d'énergies renouvelables consommées sur le territoire. 

Les deux autres stations et territoires alpins, Madona di Campiglio (Italie) et Krvavec (Slovénie), possèdent des niveaux divers de mesure de leurs consommations énergétiques, mais pas de système opérationnel pilotable de management de l’énergie. Les Orres contribuera ainsi à faciliter le déploiement de telles solutions, dont elle a éprouvé l’efficacité, sur ces deux autres territoires pilotes, ce qui permettra de démontrer la réplicabilité de la démarche à laquelle les objectifs à terme seront d’intégrer 20 nouvelles stations.

Les autres partenaires se partagent le leadership sur les autres composantes du projets, en particulier les outils d’aide à la décision aux territoires élargis.

Des partenaires de référence

Au total, une vingtaine de partenaires et d’organismes observateurs prennent part au projet Smart Altitude. Pour répondre à cet appel européen, la commune des Orres est associée à des entreprises d'envergure internationale comme EDF ou locale comme TéléVerbier SA (Suisse), des organismes institutionnels comme l'association européenne des élus de montagne (AEM), des acteurs du développement territorial (Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Trentino Sviluppo, …), des organismes de recherche comme l’université de Milan et la Fondation Bruno Kessler (Italie), l'université des Sciences de Vienne (Autriche), le CREM (Suisse) et enfin les stations alpines de référence Madona di Campiglio en Italie, Krvavec en Slovénie.